Étiquettes

, , ,

Merci à MJ France et 2BAD pour la traduction. Lien :

http://mjfrance.com/actu/post/2013/11/30/Howard-Weitzman%2C-repr%C3%A9sentant-de-l-Estate%2C-envoi-un-courrier-%C3%A0-Conrad-Murray…/3941

Faisant suite à des interviews accordées par Conrad Murray à certains journaux, l’Estate lui a envoyé par l’intérmédiaire de son avocat Howard Weitzman, un courrier dont voici la traduction.

Lettre de Howard Weitzman (représentant de l’Estate) à Dr Murray domicilié chez son avocate Valerie G. Wass à Pasedana, Californie.
—–
Le 26 novembre 2013
—–
Re : Michael Jackson

Monsieur,

Je vous écris au nom de l’Estate de Michael Jackson pour vous conseiller d’arrêter immédiatement toute discussion sur Michael Jackson avec les médias. Vos récents commentaires adressés aux médias sur les traitements médicaux de Michael Jackson et sa mort ultime violent honteusement la relation privilégiée qui existe entre un médecin et son patient selon la loi en Californie. Même si vous affirmez avoir été avant tout dévoué à Michael Jackson, vous n’étiez pas son ami. Vous étiez son médecin, responsable de sa santé. Par conséquent, tous les échanges que vous avez eus avec Michael Jackson relevaient, de fait, de la relation médecin-patient. Elles étaient présumées confidentielles et absolument privilégiées.

La relation privilégiée médecin-patient que vous aviez avec Michael Jackson subsiste même s’il est mort…. L’Estate est désormais le représentant personnel de Michael dans cette relation privilégiée et seul habilité à le revendiquer… Pour être clair, l’Estate ne vous a pas autorisé -et ne le fera jamais- à discuter avec quiconque, en particulier avec les médias, des soins que vous avez prodigués à Michael Jackson. L’Estate ne vous a pas davantage autorisé à parler de tous les échanges, sans restriction, que vous avez eus avec lui quand il était sous votre responsabilité médicale.

Incontestablement, vous avez déjà rompu le « privilége médecin-patient » qui vous reliait à Michael Jackson en donnant vos récents interviews dans la presse. Le « privilége médecin-patient » a des effets très étendus. Il inclut tous les échanges confidentiels que vous avez eus pendant cette période. Toute communication entre un médecin et son patient est présumée être confidentielle. Celui qui le conteste a la charge de la preuve. Il doit donc prouver qu’une communication n’était pas confidentielle. Sont concernés également, les informations collectées par le médecin lors de l’examen du patient, ses diagnostics et ses prescriptions.

Vous aviez décidé de ne pas témoigner au tribunal lors de votre procès. Comble de l’ironie, vous essayez maintenant avec lâcheté, de justifier votre conduite en partageant avec le public des conversations supposées avec Michael Jackson et en donnant des détails sur son état de santé, ses traitements.. Vos interviews sur la vie personnelle de Mr Jackson, sa santé et d’autres histoires récentes sur les traitements médicaux que vous lui avez donnés soi-disant en tant qu’ami, constituent précisément le type d’information que la relation privilégiée médecin-patient vise à protéger. Si vous continuez à violer le serment que vous avez prêté quand vous étiez médecin et si vous continuez à dévoiler des informations « privilégiées » (beaucoup sont inventées) sur Michael Jackson, l’Estate engagera toutes les actions légales nécessaires et autorisées. Cela inclura une poursuite judiciaire visant à vous interdire de révéler des informations confidentielles sur Michael Jackson dans une biographie ou un livre que, semble-t-il, vous essayez de vendre actuellement. Par ailleurs, s’il est vrai, aussi étonnant que cela puisse paraître, que vous cherchez vraiment à récupérer votre droit à exercer la médecine un peu partout, l’Estate se verra dans l’obligation d’informer les Comités Médicaux, des états où vous aurez postulé, de vos manquements dans le cadre de la relation privilégiée médecin-patient et de votre refus persistant de respecter cette obligation en ce qui concerne Michael Jackson.

Par ce courrier, nous vous informons expressément de tous nos droits et nos recours possibles.

Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

Howard Weitzman

Traduction: 2Bad